On ne badine pas avec l’amour, Alfred De Musset

on-ne-badine-pas-avec-l-amour-282860-250-400

14/20

J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois ; mais j’ai aimé.

Synopsis : 

Deux jeunes gens intelligents, cultivés, sensibles se retrouvent après dix ans de séparation dans le giron familial où ils ont vécu ensemble leurs années d’enfance. Tout est préparé pour fêter ces retrouvailles… Pourtant, une lutte cruelle et impitoyable va s’engager. Chacun va chercher à éprouver la vérité de l’autre, au lieu de s’abandonner aux élans de son cœur et à l’intuition de ses sens. À l’épreuve de cette vérité, les masques tombent : les notables sombrent dans le ridicule, tandis que les jeunes héros vont faire, dans le malheur, l’expérience de l’ouverture inconditionnée à l’amour. Décidément, l’amour n’est pas un sujet de comédie…

Mon avis : 

Alors déjà chose importe, ce livre est une pièce de théâtre donc assez court, de plus j’ai dû le lire pour l’école donc c’est assez classique aussi.

Bon j’aime bien le théâtre mais à vrai dire avec le nom du livre je m’attendais vraiment un à espèce de truc assez « gnangnan » ou les personnages n’oseront jamais se dire leur amour, ou une sorte d’amour impossible, en bref j’ai pas sauté de joie à l’achat de ce livre.. Cependant, à la fin j’ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture.

Personnellement le comique des pièces de théâtre, je trouve ça euh… pas nul mais un peu ennuyant, voir lourd, je ne sais pas, pour moi les scènes se ressemblent et l’histoire d’une pièce à l’autre reste assez semblable, bon disons que Molière c’est pas ma tasse de thé. Bon et le tragique, j’avoue que je préfère, cependant c’est toujours le même schéma le destin qui finit par la mort du héro…Disons que pour le suspens on repasse. Mais voyez-vous les deux mélangés donnent souvent une petite perle.

Et donc voilà, ce livre mélange un peu ces deux genres et personnellement je trouve que c’est beaucoup plus appréciable, beaucoup plus simple à lire, moins ennuyant, si l’on veut. D’un côté on a donc des scènes dîtes comique, lorsque deux des personnages se disputent en quelque sorte les faveur du baron et d’un autre on a ce côté plus tragique avec la notion de destin, et de dieu. On ne sait donc pas ce qu’il se passera réellement à la fin.

Ce que j’ai aimé également dans ce livre, se sont les discours des personnages qui sont parfois assez philosophique, bien sûr toujours sur la thématique de l’amour – eh ouais, attendez vous croyez quoi ? – mais également, celle des classes sociales et de la religion. Même si l’on n’est pas du tout à la même époque de l’auteur, toutes ces thématiques restent quand même un sujet actuel.

Bien que les personnages aient de beaux discours et tout,  je ne les ai pas aimé – ah bon bah ça c’est dit. Bon j’avoue que c’est assez difficile de s’attacher à un personnage en théâtre, mais là réellement… Bon nous avons Perdican – bon déjà rien que son nom, j’ai de la peine – vous voyez ce mec qui se fait toutes les filles, un peu prétentieux et tout ? Bon voilà, c’est lui. Camille, c’est plutôt le genre de personnage à dire non mais à le vouloir, mais qui continuera à dire non mais qui te fera la gueule si tu fais au final pas comme elle veut. Le seul personnage ou j’ai vraiment un peu de sympathie, c’est Rosette, elle n’a absolument rien fait mais elle est disons la victime de tout le monde..

En bref, j’adore la façon dont l’auteur écrit les dialogues entre ces personnages, même si ces derniers sont assez détestables. J’aime également beaucoup ce genre littéraire qui mélange le comique et le tragique. 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s